regarder un extrait vidéo / lire la presse / dossier artistique

muô

Prix Incandescences Beaumarchais-SACD 2014

 

Dans muô, le plateau "nu" du théâtre devient le lieu de rencontre de trois femmes en errance dont les corps racontent l'ineffable quête d'un lieu où transcender leur solitude. Se découpant entre ombre et lumière, leurs silhouettes situent symboliquement la frontière à franchir. Apparaissant et disparaissant aléatoirement sous de longs drapés qui les couvrent, leurs corps nus semblent flotter au-dessus du vide. Lentement et comme inexorablement, les trois femmes traversent l'espace et rien ne vient se heurter à notre regard que le mystère d'un rite abstrait et envoûtant. Infimes, à peine visibles, leurs gestes et expressions composent une partition sensible, une écriture où l'ineffable se raconte en corps. Synonyme aussi bien d'égarement que de dépossession de soi, l'errance dans un traitement quasi mystique prend la forme d'un douloureux exil pour ces femmes « hors d'elles-mêmes ». Les corps, lieux et traces de cet égarement, souffrent inévitablement. Telles l'incarnation de figures ébauchées, leurs postures ― transcriptions esthétiques de l'affliction des corps ― deviennent les fragments d'une danse immobile à délier. 

 

Nans Martin